dimanche 27 septembre 2015

Polyamour ?



Ça fait un bail que j'ai promis de traiter ce thème, puis une chose en entraînant un autre, il s'est retrouvé avec de nombreux autres dans mon dossier "article en cours"... Mais c'était sans compter cet engouement soudain pour THE tendance "so hype"  et les articles de blog qui vont avec, poussant comme des champignons sur la toile... Voilà donc de quoi me rappeler à l'ordre !

La plupart de ces articles, qu'ils soient favorables ou non au polyamour, mettent
 en lumière les habituels clichés et idées reçues qui lui collent au cul comme un chien en rut. entre toute la merde véhiculée par la presse et les poly-obsédés qui en ont fait une nouvelle mode sauce hippie, difficile de faire la part des choses... D'autant plus s'il s'agit de quelque chose que l'on ne vit pas, et qui est susceptible de nous faire émotionnellement souffrir !

Alors, maintenant, on fait un brin de ménage : je vais vous expliquer ce qu'est REELEMENT le polyamour, au sens étymologique (le seul intéressant, non ?). Parce que devinez quoi ? J'en suis, et ce jusqu'au bout des orteils !

Avant tout, je précise que moi non plus, à l'instar de ma blogueuse préférée Lilas Goldo qui nous donne son avis de "mono-amoureuse" ici, je n'aime pas trop le mot, polyamour. Il sonne creux, comme une marque de chaussures ou de bonbons. Une formule qui claque, pour faire le buzz. Mais n'ayant pas trouvé d'autre terme plus adéquat, ben allons-y pour polyamour...

Polyamour signifie littéralement « plusieurs amours ». Bref, il s'agit d'une personne (polyandre s'il s'agit d'une femme, polygyne s'il s'agit d'un homme) aimant plusieurs personnes à la fois. On ne parle ici évidemment pas d'amour amical, fraternel, filial ou maternel/paternel, mais bel et bien d'un amour amoureux, et au-delà (lorsque le sentiment amoureux se transforme en un lien équilibré, voyez cet article et celui-ci) un amour que je qualifierai d'intime (c'est-à-dire qui nous porte à vouloir "fusionner" avec l'autre sur tous les plans, même pour un bref moment).

Et quand on parle d'aimer plusieurs personnes, évidemment on pense généralement au sexe ! Ah bon, parce qu'amour est synonyme de sexe maintenant ? Halte aux esprits étriqués et frileux, remettons les pendules à l'heure (et y a du boulot).

Ce n'est pas parce qu'on est libertin qu'on est polyamoureux. Je connais bien le milieu du libertinage, et je vais vous en apprendre une belle : la très grande majorité des libertins sont « mono » !! Le sexe à plusieurs est très rarement une question de sentiments, et on évite généralement de les mêler, pour les raisons qui s'imposent : jalousie, infidélité conjugale... hé oui!

Ce n'est pas parce qu'une personne est "infidèle" 
qu'elle est polyamoureuse.  Tisser une relation amoureuse, ou s'envoyer en l'air avec un autre que son partenaire officiel, ne fait pas forcément de vous un polyamoureux (la bonne excuse, un peu facile non?). Très souvent, le fait d'aller se faire chatouiller ailleurs, que cela soit le cœur ou le ziguigui, est du à un manque que l'on essaye de combler dans les bras d'un autre.

Le polyamour n'est pas pour tout le monde. Vous préférez l'amour unique et exclusif? Très bien! Vous préférez l'amour multiple et libre? Parfait!! L'essentiel est que vous soyez en accord avec vous-même, que vous respectiez autant les autres que vous-même, que vous soyez axés sur l'équilibre et l'épanouissement et non l'aveuglement. Le reste, c'est de l’asticotage.

Et le polyamour n'est pas une mode! On ne choisit pas de devenir polyamoureux parce qu'on en a envie, que c'est trop cool et autres conneries, on l'est ou on ne l'est pas. En ce qui concerne l'orientation sexuelle (à comprendre le genre, pas le cul!!), on ne choisit pas d'aimer les hommes ou les femmes (d'ailleurs la répression de l'homosexualité a fait de gros dégâts), voire les deux, on le ressent ainsi, ça dépasse la logique et la raison cérébrale. Ben le polyamour, c'est pareil.

Cela ne signifie pas pour autant que vivre sa nature polyamoureuse soit facile, loin s'en faut. Plus ça va, plus j'ai de personnes qui m'avouent, presque honteusement (...) en être, ou qui carrément me contactent à ce propos. Nous vivons dans une société où l'on juge et condamne encore et toujours la différence (autrement dit tout ce qui ne correspond pas aux normes édictées par celle-ci), bref, parvenir à trouver un équilibre personnel malgré ces carcans bien constipés serrés n'est certes pas une mince affaire...

Pourquoi le polyamoureux est... polyamoureux?

Le polyamoureux ne cultive pas forcément systématiquement plusieurs relations amoureuses à la fois, contrairement à ce que l'on imagine. Et, non, il n'est pas plus Don Juan que le serait un mono-amoureux... Simplement, il n'est pas de tempérament exclusif : pour lui aimer sincèrement et profondément ne signifie pas ne plus pouvoir donner ce même amour également à un autre qui vibre à la même fréquence.

Il n'est pas du tout guidé par la frustration ou le manque, c'est-à-dire qu'il ne cumule pas les relations pour combler un vide. Il aime une personne parce qu'elle est, à ses yeux et à son cœur, digne de son amour, parce qu'elle y répond d'une façon ou d'une autre, parce qu'ils sont au diapason. 


La fidélité n'a pas le même sens pour un « mono » et un « poly ». Pour ce dernier, elle n'est pas soumise à un quelconque lien affectif ou charnel. Ce n'est pas parce qu'il partage une intimité (qu'elle soit sentimentale et émotionnelle uniquement ou sexuelle également) avec untel, qu'il en aimera moins un autre avec qui il partage aussi une intimité. Être fidèle, c'est avant tout être là pour l'autre, l'accepter tel qu'il est et le soutenir, l'aider dans son évolution, être sincère avec lui.

Ceci étant dit, clairement, le polyamoureux ne parvient généralement à garder une relation durable qu'avec... un autre polyamoureux (les exceptions existent mais elles sont rares). Parce qu'accepter une nature non exclusive est vraiment difficile lorsque l'on ne la partage pas. Non?

Alors, faut-il être polyamoureux? Le polyamour, est-ce mieux que l'exclusivité? Le polyamour est-il le prochain stade de l'évolution? Moi, je vous dis, arrêtez ces réflexions débiles dignes d'une adolescente en fleur ou d'un bobo newageux, et AIMEZ bordel de dieu, juste aimez, à votre manière, en mode mono ou poly, on s'en fout, ça serait déjà pas mal!


Quand Solange te parle, écoutes-la, surtout sur cette vidéo ! Et partage, partage !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire