dimanche 3 mai 2015

La spagyrie, une voie de développement personnel ?


Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim, dit Paracelse

A moins de s'intéresser au travail avec les plantes et aux « médecines » alternatives et naturelles, peu de personnes savent ce qu'est la spagyrie (voir aussi mes articles ici et ). Par contre, tout le monde ou presque a déjà au moins une fois entendu parler d'alchimie, même si c'est sans vraiment comprendre de quoi il s'agit.

Deux termes, deux langues, un seul même art : celui d'extraire d'une substance grossière sa quintessence, de sublimer la matière (définition volontairement succincte, le but de cet article est de débroussailler, pas de pondre un traité).

Alchimie est d'étymologie controversée, mais si on lui accorde généralement une origine grecque, latine ou arabe, cette dernière est probablement la plus ancienne et vraisemblable. La traduction exacte du terme est donc incertaine, ceci-dit les diverses significations qu'on lui attribue se recoupent : « science des quantités », « mélange des liquides », « art des sucs » ou encore « art de fondre et d’allier les métaux ».

Spagyrie est une combinaison de deux mots grecs : spao, qui signifie « extraire », et ageiro, qui signifie « rassembler ». Le terme a été crée par Paracelse, fameux médecin alchimiste suisse du 15e siècle, qui fit un travail très approfondi avec, entre autres, les plantes. Pour cette raison, la spagyrie est (à tord) associée particulièrement au végétal, ce qui explique qu'on l'appelle également « alchimie des plantes ».

Ici, j'utiliserai plutôt le terme de spagyrie, qui me correspond bien mieux, sachant que je parlerai surtout de sa version végétale, qui constitue l'essentiel de mon art dans ce domaine.

Ainsi, la spagyrie est, comme toute voie de développement personnel, une philosophie de vie et d'être. Car oui, c'est bien de cela dont il s'agit...

Nos temps modernes ont de belles réalisations, mais également de grands travers, et la perte d'authenticité est à mes yeux un des plus grands dont souffre actuellement l'humanité. En effet, l'esprit de consommation et le matérialisme extrême nous ont fait perdre toute profondeur...

On utilise, on consomme. On ne cherche pas à comprendre, et encore moins à mériter, on consomme. Peu importe le factice, on ferme les yeux et on alimente son ignorance, on se persuade, on cultive le mensonge et la superficialité, pourvu que le change soit donné... et que l'on puisse continuer à consommer sans effort et sans implication !

Je pourrais vous parler d'une multitude de domaines concernés par ce problème, mais je souhaite ici m'attarder sur l'un de ceux qui me touchent tout particulièrement : la spagyrie, et en l’occurrence la spagyrie végétale. Car, comme précisé plus haut, la spagyrie ne concerne pas que les plantes... Quand je vous disais culture de la superficialité (et donc de l'ignorance), perte d'authenticité et de de mérite, vous commencez à saisir ?

La spagyrie est ce que j'appelle un art de fusion, c'est-à-dire que lors du travail fait sur une substance naturelle, tout règne confondu, l'opérateur crée un lien avec cette dernière. Donc, pour revenir à la spagyrie végétale si chère à mon cœur, il s'agit de communier avec la plante traitée, ce qui permettra d'acquérir un savoir et une connaissance autrement inaccessibles.

Sachant cela, entendre ou lire de prétendus spagyristes affirmer que les plantes qu'ils traitent ne sont pas des entités à part entière, dépourvues d'âme et de sensibilité, est une aberration. Un tel discours ne démontre qu'une chose : ils sont peut-être des herboristes ou des phytothérapeutes, des chimistes éventuellement, mais certainement pas des spagyristes !

Je m'arrête ici pour aujourd'hui... mais je vous promets de continuer à mettre le feu aux poudres dans le prochain article en élucidant d'autres points obscurs : peut-on faire un élixir spagyrique sans être spagyriste ? Faire un élixir spagyrique fait-il de nous un spagyriste ? Et enfin, est-il possible de faire un élixir sans matériel de distillation, tel qu'alambic, alquitara ou cornue ?

Pour en savoir plus, restez branchés...


2 commentaires: