mardi 10 juin 2014

La magie sexuelle


Le bouc satanique... oeuvre magistrale du Clergé...


La sexualité occupe une place prépondérante au sein de la Sorcellerie. L’art authentique bien entendu, pas l’occultisme de salon si cher à certains, qui pensent que celui-ci n’est qu’une histoire de potions et de chaudrons, de rondes frénétiques, à poil ou non, voire d’orgies inavouables, d’incantations, biffer les mentions inutiles, sataniques, féeriques, latino-mystiques, et j’en passe.

Ceux ayant des connaissances en Tantrisme, et étant dénués d’un esprit étriqué et puritain, ne seront pas surpris par cette réalité occulte et énergétique : La Nature nous donne une multitude de sources d’énergie vitale, et celle qui conjugue à la fois grande puissance et facilité d’accès, c’est l’énergie sexuelle. Je précise tout de même que facilité d’accès ne signifie pas facilité d’utilisation, tout apprentissage nécessite sacrifice, persévérance et patience !

Observez la Nature autour de vous, vous constaterez aisément l’omniprésence de l’aspect de fertilité, qui est source et gouverne toute vie, qu’elle soit de nature animale comme végétale. Ce n’est certes pas les innombrables recherches scientifiques et documentaires sur le sujet qui me contrediront.

Cette omniprésence et réalité fondamentale a été ritualisée et personnifiée par nombre de religions et traditions païennes, antérieures aux religions monothéistes. Ces dernières, par volonté de brider leurs « brebis égarées » (dans l’esprit d’emprisonner pour mieux régner), peut-être aussi par crainte de voir l’humain dépassé par ses pulsions (une raison quelque peu plus noble, ceci dit, apprendre plutôt qu’interdire aurait été plus judicieux et évolutif…), entre autres raisons plus ou moins discutables, se sont évertuées à écraser les anciennes croyances par des nouvelles, tellement ces premières étaient bien ancrées dans la mémoire collective, et donc impossible à déraciner. C’est ainsi que le bouc, symbole de fertilité, est devenu celui du diable, de la luxure (dans le sens péjoratif), du vice et de la concupiscence…

En matière de Sorcellerie, cette énergie particulière se travaille et s’utilise au sein de ce que l’on appelle la magie sexuelle. Ses applications sont nombreuses : influences, emprise, guérison, alimentation d’égrégore, création de volt, etc. (je n’en dirai pas plus ici, ce n’est ni l’endroit ni le sujet). Mais également, la magie sexuelle est une discipline qui, parmi de nombreuses autres, fait partie du Tantrisme.

Quelques mots sur le Tantrisme : il s’agit d’une voie d’évolution à part entière, visant l’éveil de notre puissance personnelle par une plus grande conscience de notre être. Sa branche sexuelle met l’accent sur le travail particulier de nos sens, physiques et psychiques, afin de permettre le développement d’une sensualité et sexualité à la fois épanouie et puissante, dans l’objectif de libérer tout notre potentiel énergétique et de permettre un maîtrise toujours plus grande de soi, de sa vie et de son destin.


Je le répète, Sorcellerie et Tantrisme sont pour moi une seule et même chose, seule la langue utilisée pour nommer le fabuleux Art de la Nature (et donc de sa nature) diffère...

Parce que le terme « tantrisme » est devenu familier (même si peu savent vraiment de quoi il s’agit) et est généralement bien accepté, je l’utilise souvent lorsque je parle de l’art de la Sexualité Sacrée, sachant que la sexualité ne constitue qu’un modeste pourcentage du Tantrisme. Je précise que dans mon enseignement comme dans ma pratique, je n’inclue aucunement un quelconque aspect religieux, qu’il soit lamaïste, bouddhiste ou hindouiste.


La Sorcellerie n’a que faire des dogmes et des étiquettes, elle n’a nul besoin d’être mise dans une quelconque case pour exister et être mise en pratique... De même, elle ne s'encombre pas des tabous, ceux qui se mettent sur son chemin seront impunément dévorés !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire