lundi 19 mai 2014

Zoom sur la Spagyrie - Partie 1




Le terme « Spagyrie » vient du grec spao, « extraire », et ageiro, « rassembler ».  Pour plus de détails, je vous invite à relire la page Histoire de mots.


Le travail spagyrique, au travers de diverses opérations spécifiques (qui seront énoncées dans l’article suivant), a pour objectif d’extraire les principes fondamentaux d'une substance, le plus souvent végétale, de les purifier et de les épanouir, avant de les réunir à nouveau, afin d'obtenir sa Quintessence.

Ces principes fondamentaux sont :



  • Le Mercure, c’est-à-dire l’esprit de la plante manifesté dans les substances volatiles qui la composent. Celles-ci sont extraites par dissolution dans un solvant, le plus souvent de l’alcool.


  • Le Soufre, c’est-à-dire l’âme de la plante manifesté dans son huile essentielle (ou ses composants odorants), extraite par dissolution (sans alambic) ou distillation (avec alambic).


  • Le Sel, c’est-à-dire le corps de la plante concentré dans ses sels minéraux et oligo-éléments, que l’on obtient par calcination et qui se présente de fait sous forme de cendres, ou plus exactement de cristaux issus de celles-ci.

Voici donc les principaux domaines de la Spagyrie :


L’Herbospagyrie

Si diverses matières peuvent être traitées en spagyrie, elle concerne le plus souvent le travail avec le végétal. Pour cette raison, on traduit souvent spagyrie par alchimie des plantes, ce qui n'est évidemment pas tout à fait adéquat et prête à confusion...

Pour une meilleure compréhension, c'est ainsi que je nomme Herbospagyrie le travail appliqué spécialement aux plantes (et aux champignons), dans but de construire une relation plus étroite avec le règne végétal.

Les élixirs herbospagyriques sont élaborés soit avec alambic en quatre étapes, soit sans alambic en cinq étapes, afin d’en séparer les trois principes fondamentaux et les réunir à nouveau (vous aurez plus de détails dans l’article que sera publié très prochainement).

Un élixir herbospagyrique à une action holistique sur celui qui en use, c’est-à-dire à la fois sur le plan mental, émotionnel et pulsionnel.

L’Homéospagyrie

Ici, les substances naturelles utilisées sont celles qui provoquent une réaction allergique au niveau mental, émotionnel, pulsionnel ou physique, sachant que les plans physique et psychique sont liés. Le but étant d’agir sur un problème en usant de la méthode « soigner le mal par le mal », en dose infinitésimale bien entendu.

L’Homéospagyrie est donc très proche de l’homéopathie, de par l’objectif et le mode de fabrication, si ce n’est que l’on accorde une plus grande attention au travail énergétique et occulte qui lui est appliqué.

De par son procédé d’obtention, une dilution homéospagyrique ne contient que le Mercure et le Souffre de la substance traitée. Son action se fait donc principalement sur le mental et l’émotionnel, bien que celle-ci puisse également s’étendre au plan pulsionnel par lien sympathique.

Quelques exemples d’usage ? Agir sur une allergie à son animal de compagnie, sur la peur d’un animal particulier, ou encore sur un mal qui nous touche en absorbant, à dose infime, une substance naturelle produisant également les symptômes de ce mal.

Je tiens à insister sur le fait que l’Homéospagyrie ne peut pas être mise en comparaison avec la médecine au sens strict du terme, ni remplacer un quelconque traitement médical ! De même, user d’une dilution homéospagyrique sans connaître de manière approfondie les causes et conséquences de maux et maladies qui nous concernent n’est absolument pas souhaitable.

L’Aromaspagyrie

En Aromaspagyrie, on n’utilise que le principe Soufre de la ou des plantes concernées, ce sera donc l’âme de cette ou ces dernières qui agiront sur la nôtre, autrement dit sur la sphère émotionnelle.

Comme précisé au début de cet article, le Souffre se trouve dans les huiles essentielles ou substances odorantes des plantes. Ceux-ci seront introduites dans un préparation huileuse, généralement un onguent (appelé également baume), afin de permettre une application cutanée aisée sur les points de pulsation, le plus souvent.


Dans le prochain article nous aborderons deux autres domaines de la Spagyrie : l’herboristerie occulte et la cuisine sorcière (dont j’ai déjà parlé ici). Soyez prévenu de sa publication en vous abonnant au blog !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire