dimanche 28 avril 2013

Autonomie féminine, la suite...


Mon trio favori...

Vous vous souvenez de mon premier article sur l’autonomie féminine ? Oui, j’aurais pu dire « survie au féminin », mais d’une part, je ne raffole pas de ce terme comme vous le savez, d’autre part, rendons à César ce qui est à César, ou plutôt à Marianne ce qui à Marianne… Quoi ?  Vous ne connaissez pas son blog ? Rhooo, je vous le conseille, il vaut le détour ! En en plus, elle a sa chaîne youtube, c’est y pas top ça ?

Au vu de mes écrits sur le survivalisme/autonomie, ici ou ailleurs, on peut imaginer que je me balade toujours en traillis et boots.  Ben non !  C’est vrai que j’adore ce look, je le trouve sexy (si si, tout est question de marier harmonieusement large et moulant…) et très pratique (confort, adaptabilité, poches…).  Bref, la tenue ad hoc pour la rando, les sorties bushcraft, la moto (là je troque le traillis contre un jeans), ou tout simplement quand j’ai envie d’être à l’aise dans mes pompes, au sens littéral du terme (parce que les Bates, ce sont des pantoufles, les essayer c’est les adopter !!).

Je compte faire une série d’articles sur le thème de l’autonomie féminine : hygiène intime, soin de la peau, maquillage, talons hauts, et autres sujets au fil de mes idées ou de celles que l’on me soumettra (donc, si vous avez des questions, à vos claviers!). Oh, j’en vois déjà ricaner derrière leur écran… hé bien mes ami(e)s, attendez de me lire avant de vous esclaffer ! Il est grand temps de mettre les préjugés de côté (oui, je sais, je me répète, c’est que ça doit être nécessaire…).

Commençons par un gros tabou : les talons hauts.

Pour ma part, vous ne me verrez probablement jamais sur des talons aiguilles.  Je trouve cela très joli, mais tout à fait inconfortable (et cela peut nuire à la santé, surtout pour les très hauts talons, donc avis aux amatrices : prudence !) et précaire point de vue équilibre. Sans même essayer, il suffit de voir le nombre de femmes dans la rue qui vacillent sur leurs talons aiguilles.  Hé oui, marcher avec ce genre de chaussures est tout un art, croyez-moi, cela s’apprend sur des semaines, des mois, voire plus, selon la morphologie et l’habilité de chacune. On ne s’improvise pas « échassière », on s’y entraîne, on doit se muscler, etc.

Lorsque je porte des talons, c’est systématiquement des talons « bottier », c'est-à-dire larges et donc bien stables, mesurant la plupart du temps entre 6 et 8 cm.  Mais cela restent tout de même des talons, il y a donc des précautions à prendre si l’on tient à son autonomie :

Déchausser instantanément

1) Si l’on porte des chaussures fermées qui remontent sur le pied (les escarpins recouvrant que les orteils ne seront ici par un souci, mais gare à ceux avec une bride !), on s’assure qu’on peut les retirer facilement et rapidement, sans devoir délacer/déboutonner/déboucler. Pourquoi ? Deux raisons :

- On doit passer sur un terrain instable : terre meuble ou irrégulière (pleine de trous par exemple), boue, graviers, grillages, verglas (s’il n'y a que neige et verglas alentours, on évite tout bonnement le port de talons !)…  si l’on a les mains encombrées, aucun appui, et qu’on est pressée, il sera plus que bienvenu de pouvoir déchausser facilement. Oui mesdames, mieux vaut se mouiller les petons que se retrouver aux urgences pour une méchante entorse ! Et si on veut éviter cet inconfort, voyez le titre suivant…

- On doit courir. Si c’est pour attraper un bus, je préconise de partir à temps ou de prendre le suivant plutôt que d’essayer de jouer à Wonderwoman et finir étalée de tout son long. Mais on peut devoir courir pour fuir. Sans être parano, soyons conscient(e)s des dangers inhérents à la société et à la vie tout simplement, personne n’est à l’abri d’une incendie, d’une émeute ou tout autre mouvement brusque de foule, et, malheureusement, des déviances humaines. Soyons parées à toutes éventualités, et donnons nous les moyens de déchausser dans le seconde.

2) Alors, à quoi faut-il veiller lors de l'achat de chaussures?

- Comme dit, les escarpins ouverts ne posent pas de problème pour le déchaussement rapide.  Pour les escarpins avec une bride (babies, salomés, boucles…), veillez à ce que celle-ci soit élastique (une vraie boucle, c’est peut-être plus classe, mais en ce qui me concerne, ma sécurité, et donc mon autonomie, passe en premier…) ou à scratch et ne nécessite pas une minutieuse ouverture.  Personnellement, je ne prends jamais de scratch, je ne trouve pas cela très joli ni très solide. D’ailleurs, niveau solidité, vérifiez que l’élastique le soit…

- Pour les boots, bottines et les bottes à lacets, choisissez celles avec une fermeture éclair (tirette).  Alors oui, c’est nettement moins classe que celles uniquement à lacets, je vous l’accorde, et en ce qui concerne mes bottines/bottes/boots plates, je fuis les fermetures éclair comme la peste.  En fait, je déteste… MAIS, on ne peut PAS courir (je parle de vraiment courir, à grandes enjambées, quel que soit le terrain, et non pas trottiner avec un doigt en l’air !) en talons hauts. Et on n’aura pas forcément 5 minutes pour délacer laborieusement nos jolies bottes, CQFD.

Parce que la sécurité, c'est aussi le confort

Autant que faire se peut, emporter avec soi une paire de baskets confortables lorsque l’on se déplace loin de chez soi pour plus de 24h.  Soit on est en voiture, et là le problème ne se pose pas, soit, comme moi, on se déplace en transports en commun, et on prévoit une place dans son bagage pour sa paire de baskets.

Quel bagage ?  Mesdames, on ne se balade pas en talons hauts avec un sac à dos !  Déjà, ce n’est pas très esthétique, mais surtout, ça va vous flinguer le dos… Les aficionadas savent pertinemment que le dos est durement éprouvé en talons hauts, alors lui imposer un sac en prime…

On choisit une valise sur roulette, vous savez, celle que l’on peut tirer comme un cabas.  Les dimensions « avion » (55x35x25 cm, poignées comprises donc toujours s’assurer qu’elles soient télescopiques), c’est parfait et bien suffisant.

Côté baskets, j’ai choisi les Reebook EasyTone en cuir noir. Explication (elles sont vraiment bien… pour un prix relativement correct dans la mesure où elles sont qualitatives) :

- Le cuir est à mon sens à préférer, car plus solide, prévient les odeurs davantage que le synthétique (et moins de problèmes de macération et toutes les joyeusetés qui vont avec), plus imperméable que la plupart des autres tissus… et plus de gueule ! 

- Ces baskets sont assez citadines et passent très bien en tenue de ville un chouia habillée. La couleur noire peut quant à elle se porter avec tout, bien pratique donc.

- La technologie EasyTone repose sur un système de déplacement d’air, inspirée par les balles d’équilibre, qui créé un légère instabilité (on s’y habitue vite). Le but ? Tonifier et renforcer les muscles clés des jambes et des fesses à chaque pas.  Bref, on potentialise la marche et on en tire tous les bénéfices ! Et quand on sait combien les talons hauts sont éprouvants pour le corps…

Pour celles (et ceux) intéressées par l’univers du talon haut, que cela soit pour pratiquer ou simplement mieux le connaître et le comprendre, je leur conseille l’excellent site « talons aiguilles », qui vous parle de son historique, sa psychologie, l’entraînement requis, les mises en garde (équilibre et santé), le comment bien choisir ses talons, comment bien marcher…

Je rajouterais simplement un petit détail qui aurait pu y être cité car je le trouve d'importance, question confort mais surtout santé (du moins si on a les tendons aussi fragiles que les miens) : ne passez pas du talon haut (d’autant plus au-delà de 8 cm) au sans talon en une fois, c'est-à-dire de vos chaussures haut perchées à vos pantoufles par exemple.  L’idéal est d’avoir une paire de pantoufles intermédiaires, autrement dit avec un petit talon (genre mule). 

Alors les filles, talons or not talons ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire