dimanche 6 août 2017

Mais qui sont les Vampires? (partie I)




Peut-être aurez vous entendu parler du mouvement des "Vampires", qui s'est surtout fait médiatiquement connaître aux États-Unis en premier lieu, particulièrement par l'entremise de celui que l'on nomme FatherSebastiaan, prothésiste dentaire judicieusement reconverti en "faiseur de crocs". Ne voyez aucune malignité dans cette formule, je trouve personnellement qu'il fait du beau boulot, au sens large du terme.

Le "vampire vivant", ou en anglais "living vampire", s'écrit parfois avec un "y". D'ailleurs, il me semble que c'est Father Sebastiaan lui-même qui l'écrivait naguère ainsi pour différencier le vampire folklorique du "vrai" vampire. J'avais trouvé la raison pertinente et du coup m'y était mise aussi. Mais, au bout d'un moment, je suis revenue à la forme antérieure, par commodité certes, mais aussi parce que, même dans dans ces conceptions censées être hors folklore, on flirte finalement énormément avec les superstitions de tout poil. Donc... 

Mais laissons ce détail de côté, et revenons à nos "vrais vampires". Je ne vais pas m'attarder sur les croyances des uns et des autres, ni sur les nombreux reportages qui ont été réalisés à ce propos, car il y a, dans tout courant et religion, à boire et à manger. Je préfère remonter à la source, donc, si je puis dire, à ce que professe Father Sebastiaan lui-même, dans la mesure où ce mouvement s'articule en majorité autour de lui.

J'ai eu l'occasion d'échanger très brièvement avec le personnage lorsque j'étais membre de l'Ordre du Dragon Rouge, probablement trop brièvement pour qu'il s'en souvienne, d'autant plus que cela remonte à près de dix ans. Et franchement, je l'ai trouvé sympathique, autant qu pertinent dans ces propos.

Après cette quasi décennie sans vraiment prêter attention au mouvement concerné, je tombe aujourd'hui sur l'un des écrits de Father Sebastiaan, publié sur le Huffingtonpost, et qui constitue en fait la FAQ présente sur son site. Et à cette lecture, j'ai eu envie de partager avec vous mon point de vue sur le vampirisme, c'est-à-dire en tant que sorcière, et non pas de "croyante". Car même si les propos en question restent intéressants, je ne valide pas forcément tout (et je tiens à vous expliquer pourquoi). En outre, l'ombre de la superstition comme d'un certain élitisme dans le milieu de l'occulte y planant, la plume me démange.

Attention, je ne juge pas Father Sebastiaan, ni ses croyances ou ses convictions. Je reprends simplement les mots qu'il a couché sur le "papier" virtuel, pour les analyser du point de vue occulte, car lui-même explique que le Vampire n'est pas forcément un occultiste pratiquant. Il est d'ailleurs probable que si j'avais l'occasion de discuter avec lui, il y apporterait un éclairage plus large.

A savoir également que je ne m'attarderai que sur certains points soulevés, ceux que j'estime intéressants à décortiquer pour le sorcier et assimilé, car cet article est très long! Pour cette raison, je compte d'ailleurs couvrir ça en plusieurs articles...

Alors, allons-y!

(En bleu et italique, les propos de Father Sebastiaan que je me suis permise de résumer – qu'il me pardonne si j'ai mal interprété ces propos, et je serais ravie d'en discuter plus avant avec lui)

Les Vampires existent-ils vraiment?

Oui, mais pas comme on se les imagine généralement. Les Vampires sont des personnes ayant un plus grand besoin d'énergie vitale que le commun des mortels. Si ceux-ci ne peuvent pas se "nourrir"suffisamment, ils expérimenteront des états de "faiblesse" physique et psychique. Mais il pourront bien entendu apprendre à se nourrir (d'énergie vitale, donc) par l'intermédiaire d'un entraînement approprié.

Je ne dirais pas que les Vampires sont des personnes ayant un plus grand besoin d'énergie vitale, simplement qu'elles ont une sensibilité énergétique plus grande que d''autres, dont celle-ci serait encore trop endormie pour qu'ils se rendent compte de l'existence de leur constitution psychique, et donc la souffrance que peut générer un manque d'attention à celle-ci. A savoir que, pour les uns comme pour les autres, il y a des avantages et des inconvénients, et ce surtout en fonction de l'adoption d'une discipline vouée au développement de la maîtrise.

Qu'est-ce qu'un Vampire éveillé?

Les Vampires peuvent être de plusieurs catégories, généralement psychiques ou sanguins. Mais cette terminologie prêtant rapidement à confusion, on parlera plutôt des "éveillés" et des "non-éveillés". Tous les Vampires peuvent utiliser "l'alimentation énergétique", pratiquer une philosophie, utiliser une imagerie, mais ils ne sont pas des éveillés pour autant.

C'est ici que nos avis vont commencer à diverger. Selon le point de vue sorcier, et donc en cohérence avec les lois naturelles et universelles, tout le monde à un côté vampirique, et peut tout à la fois être vampirisé. Mais être un Vampire, avec la majuscule donc, c'est être dans une démarche de prédateur déjà de ses propres faiblesses, avant d'être en quête d'énergie vitale venant de l'extérieur. A savoir que la "faim" si chère au Vampire ne peut être comblée avant tout que par une réelle Connaissance (à comprendre maîtrise) de soi...

Être adepte d'une philosophie vampirique quelconque, ce n'est pas être un Vampire. Disons que ce que Father Sebastiaan appelle "éveillé", c'est ce que j'appelle être "Vampire". Autrement dit, un "non-éveillé" n'est de fait pas un Vampire au sens strict du terme, et ce même s'il s'intéresse intellectuellement et émotionnellement au vampirisme.

Qu'est-ce que l'éveil?

Prendre conscience de sa nature vampirique et le besoin afférent. On ne naît généralement pas éveillé, mais on amorce cet état à travers une révélation, un événement dans la vie. Enfin, l'éveil est un long chemin fait d'une multitude de "petits éveils", chemin souvent difficile, particulièrement au début, et solitaire.

En dehors donc de ce que j'ai écrit ci-dessus concernant la définition de "Vampire", je partage tout à fait ce point de vue : l'éveil de la conscience, quelque forme que cela prenne, se construit à travers les expériences de la vie. Et plus la souffrance est grande, plus riche en sera l'enseignement et donc la puissance qui l'accompagne. Pour autant que l'enseignement soit mis en application évidemment, et ça, c'est une autre histoire...

Un Vampire peut-il vous transformer (en Vampire)?

Non, il faut que l'individu ait un potentiel endormi, ce que l'on possède généralement de naissance. Un échange d'énergie avec un éveillé peut par contre stimuler l'éveil pour autant que l'intéressé ait le potentiel précité.

Un chose qui me gêne beaucoup ici, c'est cette forme d'élitisme que l'on retrouve dans quasi tous les courants ésotériques, et donc y compris ici, même si certains vous diront que l'on peut être Vampire sans être Sorcier (ce qui démontre une grande méconnaissance de ce qu'est le vampirisme, et en l’occurrence, la sorcellerie).

Que de prétention...

Il n'y a pas de "on nait ou pas vampire", pas plus que de "on nait ou pas sorcier" : tout le monde possède les mêmes capacités d'éveil de la conscience. Il y a juste ceux qui veulent les développer et bossent en conséquence, et ceux qui préfèrent rester vautrer dans le déni et l'oisiveté.

Et à savoir si un Vampire peut vous transformer en Vampire : oui, si le premier est un maître (à comprendre qu'il a acquit une maîtrise certaine de son propre psychisme) et le second un élève travailleur, discipliné, patient, persévérant... Mais sûrement pas avec un simple coup de dent ou de baguette magique sur la tête!

Les Vampires peuvent-ils changer de forme?

Pas physiquement, le Vampire est comme tout le monde, soumis aux lois de la physique. Dans sa "face nocturne", il peut par contre prendre diverses formes (loup, félin, brouillard...). Ce phénomène est proche de la notion du "totem" des traditions chamaniques.

Ici, on entre de plein fouet dans le domaine de "l'astralité", de la projection de conscience et de la force vitale, mais aussi celui du rêve et de la puissance de l'univers onirique. Cela peut se rapprocher de la notion du totem cher au chamanisme, mais pas seulement. Par contre, l'art de la "métamorphose" est en effet étroitement lié à ce dernier, qui concerne l'ensemble des diverses et variées techniques de transe.

Tous les Vampires sont-ils maléfiques?

Non, comme tous les humains, certains sont des bonnes personnes et d'autres des mauvaises. La culture vampirique s'articule autour des notions d'honneur, de sécurité, de respect et de consentement. Cependant, comme dans n'importe quel groupe d'individus, chacun viendra avec ses propres principes et perspectives.

Que rajouter de plus? Le Vampire est tout simplement un être humain, avec ses forces et ses faiblesses. Seulement, il est surtout celui qui cherchera à transformer ses faiblesses en forces, et à devenir maître de tous ces formidables outils. A contrario, celui qui se prétend Vampire mais reste le jouet de ses envies et pulsions n'en a finalement que le nom...

La suite au prochain épisode!