Avertissement : Les textes et photos publiés sur ce site (hormis les articles dont je cite la source et les images empruntées à la toile) sont légalement déposés et donc sous Copyright. Si vous souhaitez utiliser l'un de mes écrits, veuillez m'adresser préalablement une demande d'accord par email.

jeudi 20 novembre 2014

Le chamanisme, oui... mais pour quoi faire ?




Il me semble important de répondre à cette question, car si j'ai dans mes contacts/lecteurs des personnes franchement orientées spirituel, voire occulte, ce n'est pas le cas de la majorité. Ce qui fait que vous me suivez malgré tout, vous me l'avez dit, c'est mon ton provocateur, mon absence de langue de bois, de politiquement correct et de prosélytisme, puis le fait que je touche à des sujets qui vous chipotent quand même un peu (parfois beaucoup), mais en les abordant simplement, en usant d'analogies avec notre vie de tous les jours (merci à tous ceux qui m'ont fait part de ceci).

Alors, je sais que ce que je vais dire là risque de déplaire à pas mal de monde (mais bon, vous me connaissez maintenant suffisamment pour savoir que je m'en tape) : le chamanisme n'est pas une religion ou un courant ésotérique en tant que tel, comme le serait le druidisme par exemple, ou le bouddhisme, ou encore la wicca et le satanisme (ne jugeons pas sans connaître mes amis, à chacun sa foi...). Et ce même si la Nature y est très présente et honorée, ce qui en somme est plutôt logique, suivez le guide...

Mais mais mais... qu'est-ce donc 
que le chamanisme dans ce cas, me direz-vous ? A l'instar du tantrisme (qui n'est pas qu'hindou ou asiatique, ben non), le chamanisme est une discipline occulte : les techniques archaïques de l'extase (merci monsieur Eliade), ou, en d'autres termes, l'art de la transe.

Si vous n'êtes pas dans le mood, vous me rétorquerez peut-être que "ouais, ok, t'es gentille, mais je vois toujours pas l'intérêt ! ". Et moi je vous répondrai "atteeeeends, j'y viens..."

La transe, késaco ? Si on lance le terme, on voit direct des fous furieux danser, des chants frénétiques, des fumigations, etc. Mais ça, ce ne sont que des manifestations, extériorisations de cet état, et une transe peut tout à fait se vivre "en interne", dans l'immobilité.

Là, je vous entends déjà vous écrier que, ah non, l'extase est une extériorisation, question d'étymologie ! Hé bien, tout comme la Nature ne peut s'enfermer dans de petites cases, ses forces en action (car l'occulte, c'est ça) ne peuvent se soumettre à des mots de la langue humaine. Bref, la transe est un état modifié de conscience, quelque soit sa manière de se manifester.

Ainsi, une authentique prière, bien faite, EST une pratique chamanique, vous mettant en relation avec l'énergie invoquée, quel que soit le nom qu'on lui donne. Donc, oui, les chrétiens, qui font honneur à l'enseignement du Christ (y sont pas légion, eux...), et s'impliquent dans leur actes de prière, ben...

Ceci-dit, il y a tout de même une marge entre "chamaniser", c'est-à-dire faire une pratique chamanique, et être un chamane. J'y reviendrai ultérieurement, probablement dans les cours que je suis en train de créer.

"Bien bien, mais je suis athée... et je vois toujours pas l'intérêt...". Toujours pas ? Alors je vais décortiquer encore un peu plus.

Quand on traite des états modifiés de conscience, on développe généralement en parlant des plantes psychotropes et des "voyages" sur d'autres plans d'existence. Si le premier sujet mérite un bon coup de karcher (mais pas ici, j'en causerai aussi dans les cours), je peux tout à fait comprendre que le second ne fera pas écho dans l'esprit d'un auditoire plus terre à terre, et pas spécialement ouvert (pour quelle que raison que ce soit) aux matières magico-spirituelles.

Alors que ce qui est intéressant ici, et ce pour absolument tous le monde, c'est comment on arrive à un état modifié de conscience, quels "outils" sont utilisés, et à quoi, in fine, ils servent.

Cela se résume plutôt simplement :

1) Travail de son mental, de son émotionnel et de son pulsionnel, afin de mieux se connaître, de comprendre en profondeur comment on fonctionne et de pouvoir agir sur soi.

2) Développer sa sensualité (c'est-à-dire ses cinq sens, on ne parle pas de sexe ici, qui n'est d'ailleurs qu'un des nombreux moyens d'expression de sa sensualité) afin de stimuler son pendant subtil/énergétique (vous savez, le fameux 6e sens...)

3) A l'aide de ces nouveaux outils (ou plutôt de ces outils dépoussiérés et réaffûtés), on va pouvoir faire taire momentanément notre raisonnement et intellect basique (par l'état modifié de conscience) afin d'avoir une vision plus panoramique de ce qui nous cherchons à comprendre, à élucider... et sachant que l'on ne peut acquérir et maîtriser que ce que l'on connait et comprend en profondeur...

Pas mal de points communs avec la Sorcellerie me direz-vous peut-être... normal, le chamanisme en fait intégralement partie !

Bien évidemment, simplicité n'a rien à voir avec facilité et rapidité, le travail de ces trois points demande du temps, de la patience, des efforts, et tout et tout. Vous en apprendrez plus dans les cours que je suis en train d'écrire, et plus que certainement via les formations que je donne.

La pratique du chamanisme permet donc une plus grande connaissance et conscience de soi, et au final de développer une plus grande maîtrise de soi et de son environnement. C'est y pas beau ça ?